Les Paradis de la bière blanche est un livre sur les bières blanches et le propos principal est qu'il ne faut pas se fier à la couleur des bières. Les bières d'une même couleur, ou d'une même teinte, peuvent en réalité être de plusieurs styles, plusieurs saveurs, plusieurs textures ou plusieurs origines. On suppose que c'est la raison pour laquelle on parle de plusieurs Paradis et non d'un paradis de la bière blanche.

Les deux auteurs sont David Lévesque Gendron et Martin Thibault. Le premier est aussi cofondateur de la Microbrasserie Vox Populi. Le second fait activement des recherches sur la bière à travers le monde. Ce sont eux-mêmes qui sont derrière Les Coureurs des boires.

Dans les livres déjà parus par le duo d'auteurs, nous avons tout d'abord La Route des grands crus de la bière, Québec et Nouvelle-Angleterre en 2010. Ce livre cible les débutants et les bier-trotters en herbe. Ensuite, en 2013 et réédité plus récemment, Les Saveurs Gastronomiques de la Bière où on va plus en profondeur dans les différents aspects, mêmes techniques de la bière. Des sujets tels que le profil de l'eau, le vocabulaire, les différentes saveurs, les faux-goûts, les différents types de dégustations (plus poussé que dans le premier livre), etc.

Les sujets abordés

Pour revenir au sujet principal, le livre de cette année sur les blanches, on y aborde un sujet encore plus spécifique de la bière, mais quand même assez large pour en parler sur différents aspects.

Certains styles avaient déjà été abordés dans le deuxième tome des Saveurs Gastronomiques, mais plus en détail. On décrit entre autres les bières légères (Weizen, Kristallweizen, witbier, Rauchweizen, Grodziskie), les bières charnues (Imperial witbier, heller Weizenbock, bang chhaang, hopfenweisse, koduolu) et les plus acides et citronnées (berliner weisse, lambic, chicha quechua, chicha salvadoreña, gose). C'est intéressant de lire sur des styles que nous ne connaissons pas et venant d'ailleurs.

On parlera également des saveurs types de la bière blanche. La coriandre, l'orange, les agrumes, la banane, le clou de girofle, la poire, le blé, le pain, etc.

Une section a utiliser probablement en même temps que les dégustations, c'est Les blanches à table. Dans cette section, on propose des accords avec des plats et certains styles de blanches. Ils y vont davantage par rapport à un style plus qu'une bière en particulier, ça permet plus de flexibilité dans le choix de bières.

On ira un peu plus loin en parlant de service, entre autres avec les robinets à débit variables, ou encore, des itinéraires de voyages avec des descriptions des microbrasseries du Québec en plus d'endroits plus exotiques, en commençant par la Belgique, l'Allemagne, Italie et en allant plus loin vers le Japon. Il sera également question de grands-crus qui représentent bien les blanches.

La critique

Très bien écrit, même si l'on parle d'un style pédagogique des auteurs, nous n'avons pas l'impression de nous faire prendre par la main. On a plus une impression qu'ils font simplement parler de bière avec passion. On parle de spécificités de la bière et c'est ce qui est le plus intéressant. Le tout se lit bien avec quelques ajouts qui semblent briser un certain rythme, mais sans gêner.

Les mots utilisés sont parfois très recherchés. On sent une sorte de dualité dans l'écriture entre la poésie et la rationalité. Peut-être des déformations professionnelles des auteurs ? Tout comme l'opus précédent, ça permet de développer notre vocabulaire, ce qui est certainement souhaitable.

Ceci dit, l'analogie du sac d'épicerie pour décrire la transformation des enzymes est une approche pédagogique intéressante, mais je crois que pour cet aspect, on aurait pu utiliser une vulgarisation plus directe avec l'explication scientifique. C'est la seule section du livre que l'on sent que l'on prend le lecteur plus par la main, heureusement.

La section « Les blanches à table » est intéressante, mais cette section est vraiment à expérimenter. On ne retient pas grand-chose à la lire simplement, sauf peut-être pour les accords évidemment, mais toute la description des saveurs et des interactions des accords est vraiment à essayer en réel, c'en est là la valeur ajoutée. On peut comparer avec le livre par la suite si nous avons les mêmes observations.

L'évolution

Le livre représente une évolution de la part des auteurs et ça reflète bien le marché actuel. Sortir un livre pour débutants aujourd'hui c'est correct, mais ça été déjà fait maintes fois et le marché a également évolué. Les amateurs en connaissent de plus en plus sur le sujet et sortir des livres plus pointus en la matière répond à un besoin.

Un prochain livre « Le goût de la bière fermière » est en cours d'écriture. À suivre...

Les Paradis de la bière blanche, 184 pages aux Éditions Druide. Il est disponible au prix d'environ 30$ en librairie.