En prévision d'une dégustation, et suite à la mise en circulation de la Super A d'Auval, six jours après le release de la Double IPA de la Microbrasserie Les Trois Mousquetaires (LTM), nous avons pensé faire une comparaison côte-à-côte de ces deux magnifiques bières. Le temps de faire cette dégustation, la Double IPA de Dunham est sortie également. Elle a été évaluée en parallèle, mais elle on ne la considère pas exactement dans le même style que la Super A ou la Double IPA de LTM, principalement dû à son ajout de thé et de fruits.

Comparer deux bières très semblables est un exercice intéressant qui permet de les mettre en perspective. On peut, par exemple, comparer une Westvleteren XII à une Rochefort 10 et apprendre en fait que c'est la Rochefort 10 qui est la meilleure ! ;-)

Méthodologie

Nous étions quatre personnes autour d'une table à avoir les verres de chacune des bières. Nous l'avons pas fait à l'aveugle, tout simplement parce que savoir quelle bière était laquelle n'avait pas tant d'influence sur les résultats. Certains sont allés de leur goût plus suggestif ou de leur plaisir à déguster la bière, mais l'idée était surtout d'y aller d'un point de vue plus objectif. Les deux vont tout de même de pair.

La dégustation se voulait d'abord en silence. Un aspect important qui permet aux participants de se concentrer sur les sens de l'odorat, le goût, le visuel. Le silence permet aussi de moins influencer les autres participants.

Les notes ont été prises sur une feuille d'évaluation de la BJCP. Ça aurait pu être n'importe quelle autre grille d'évaluation, cette dernière est facile à trouver sur leur site.

L'évaluation

L'évaluation est dirigée en quelque sorte par la feuille d'évaluation. Les aspects pris en compte y sont listés, ce sont des aspects repris souvent dans d'autres type d'évaluations, on parle de l'apparence, des arômes, du goût, du palais et d'une impression générale.

Les participants avaient le choix d'évaluer les bières en parallèle ou en série. En parallèle, c'est qu'on évalue les bières aspect après aspect. Par exemple, en aromatique on compare toutes les bières entre elles et on passe à l'aspect suivant. En série, c'est qu'on évalue une bière avec tous les aspects et on passe à la prochaine bière ensuite.

La majorité des participants l'ont fait en parallèle. L'avantage est de pouvoir noter une bière relativement à l'autre. Par exemple, si une bière a un aromatique plus intéressant, on pourra dès lors lui donner une note supérieure. L'inconvénient c'est que sur des aspects comme le goût, ou l'aromatique, les sens peuvent être saturés dès que la première est évaluée. Des trucs peuvent être utilisés pour mitiger ce problème.

Pour l'évaluation, le contexte s'y portait bien. Tel que mentionné en introduction, les bières ont été mises en marché très près l'une de l'autre, elles étaient donc d'une fraîcheur équivalente.

Les bières

La première bière, la Double IPA de LTM fût embouteillée le 6 décembre 2016. Elle a été achetée lors de la mise en circulation vendredi 9 décembre dernier au prix de 3.67 $ pour 375 ml (0.978$/100 ml). Son taux d'alcool est de 8%. Celle-ci est souvent référée par la DIPA. Cette bière utilise les mêmes houblons que le brassin précédent, c'est-à-dire Columbus, Chinook, Centennial, Summit, Mandarinna, Bavaria, Amarillo, Simcoe, Mosaic, Meridian et El Dorado.

La seconde est la Super A d'Auval qui fût embouteillée le 12 décembre 2016 et achetée le 15 décembre dernier au coût de 6.99 $ pour 500 ml (1.398$/100 ml). Tout comme la Double IPA, son taux d'alcool est aussi de 8%. Les houblons utilisés sont surtout le Citra avec de l'Amarillo et du Simcoe.

Apparence

Le premier aspect que l'on découvre est la couleur. La Double IPA est un tantinet plus lumineuse, plus sur le jaune, alors que la Super A a des reflets orangées. Les deux ont une belle opacité trouble. Quand nous avons versé les verres, la Super A avait un collet plus généreux et plus résistant que la Double IPA. Les deux offrent une finesse de la mousse comparable, tandis que la Super A offre quelques bulles qui remontent et se collent le long du verre.

Arômes

La Auval Super A a des arômes de fruits tropicaux, c'est souvent ce qui revient parmi les participants. Sinon, on peut y aller plus en détails avec un nez de mangues, papaye, pêche et fruits de la passion.

La LTM Double IPA y va aussi avec des notes fruitées, mais plus vers les agrumes, le pamplemousse et ananas. Par la suite, des notes plus herbales, de pin, poivrées et florales apparaissent. En se réchauffant, on perçoit presque des notes de miel, probablement dû au côté plus floral justement. On peut y voir des notes légères d'alcool également.

Goût

La Double IPA apparait plus résineuse et une amertume plus tranchante que la Super A. Encore une fois, des notes d'agrumes tel que le pamplemousse, mais aussi épices. Les fruits tropicaux s'y montrent d'avantage en bouche. Arrière-goût de mangue-orange suivie de l'alcool. C'est un gros punch de houblons.

Du côté de la Super A c'est sans grande surprise, on goût ce que les arômes nous ont annoncé. Encore une fois, fruits de la passion, papaye, pêche. Elle a moins de tranchant, son amertume est présente, mais peut-être qu'on s'attendrait à plus. Ça reste très juteux. Elle ne fait pas son 8% d'alcool, pourtant le même taux que la Double IPA.

Palais

En ce qui concerne le palais, la Super A est tout simplement magnifique. C'est exactement le genre de texture que l'on recherche, à la fois soyeux, ayant du corps, sans enlever sa buvabilité. Ça reste une bière très pintable. Une carbonatation légère aide également à cette buvabilité.

La Double IPA est tout aussi pintable et d'une très grande buvabilité. Elle est toute fois un peu plus mince en bouche et elle est moins carbonatée.

Impression générale

On s'entend, ce sont deux très bonnes bières qui sont très plaisantes à boire. Le choix de l'une ou l'autre est une question de goût davantage que de respect de style ou d'autres critères plus rigoureux. L'exercice est plaisante à faire parce que au-delà de faire compétitionner des bières entre elles, on le fait pour développer nos sens et connaître encore plus ses goûts.

Ceci dit, pour la majorité des participants c'est la Super A qui a été la favorite. Comme on le disait, c'est beaucoup une question de goût : certains vont préférer le côté fruité et soyeux de la Auval, d'autres vont préférer l'amertume, et peut-être un plus large spectre de dimensions de la Double IPA des Trois Mousquetaires.

Mises à jour
  • 22/12/2016: Ajout de la liste des houblons pour les deux bières.